AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 fo' shizzle, my nizzle • Serenity Sixtine Broadus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



✽ MESSAGES : 12
❈ ARRIVÉE : 16/03/2011



MessageSujet: fo' shizzle, my nizzle • Serenity Sixtine Broadus   Mer 16 Mar 2011 - 0:39




Serenity S. Broadus


« Le silence des peuples est la leçon des rois »

nom : Broadus
prénom(s) : Serenity Sixtine
pseudo : Shizz’l
âge : 24 ans, le 28 Octobre 1987
lieu de naissance : Dallas, Texas, USA
métier : Interne à Staten Island
groupe : Citoyen
situation amoureuse : Célibataire
avatar : Zooey Deschanel
crédit : © Abbey Road 269






A propos


« Nous vivions jusqu'ici dans la crainte. Nous allons vivre dans l'espoir »


Une balle de M16 est propulsée à 975 m/s. La vitesse moyenne d’une balle de fusil est de 1 000 m/s. A bout portant, il faut moins d’une seconde à une balle pour pulvériser un être humain et lui ôter la vie. Sans compter les autres vies qu’elle détruit, les dommages collatéraux comme on aime les nommer.

« J’étais âgée de quinze ans lorsque mon père et moi sommes allés dans une petite supérette près de McKinney, dans le Texas. Nous vivions tous les deux dans un petit ranch, le long de la route 75, à une vingtaine de kilomètres de la ville la plus proche (McKinney en l’occurrence). La supérette se trouvait à mi-distance de ces deux points et nous y allions le moins souvent possible car elle n’était pas réputée pour ses fréquentation par chez nous. Mais il nous fallait bien nous nourrir et en ces temps difficiles, les cultures étaient quasi au point mort dans notre région. Alors, nous devions nous rendre beaucoup plus souvent à la supérette pour pouvoir survivre. Il a fallu moins d’une seconde pour que la balle atteigne la tête du caissier et le foudroie. Il n’avait pas dix-huit ans. Le braqueur ne devait pas être bien plus vieux et, dans la peur panique qui gagnait les usagers, nous le laissâmes piller la supérette. Cela aurait pu se terminer ainsi si mon père n’avait été une de ces personnes qu’on appelle couramment des « héros » pour certains, des « fous » pour d’autres. Il tenta de raisonner le garçon alors qu’il braquait de son 9 millimètres l’adolescent. Seulement, voilà. Si le caissier fut tué ce jour-là, il ne fut pas le seul. Mon paternel reçut une balle en pleine poitrine et il fallut moins d’une seconde pour que cette satanée balle ne lui retire la vie. Il avait mis neuf mois pour venir au monde, vingt et un an pour atteindre sa majorité, six ans de plus pour rencontrer sa femme et vivre de sa passion, un an supplémentaire pour avoir une fille et, en moins d’une seconde, un simple bout de métal lui avait arraché la vie. Autant vous dire que cet épisode reste gravé dans ma mémoire. Et qu’il a dicté chacun de mes choix par la suite. »

Serenity n’avait que quinze ans lorsqu’elle a vu son père se faire tuer sous ses yeux. Cet évènement a bouleversé sa vie. Plus qu’un père, elle venait de perdre un ami, un confident, un maître à penser. Il était de cette nature courageuse et calme, travailleur, il avait transmis sa passion de l’équitation à sa fille et son pacifisme. En effet, il était rare de le voir s’engouer pour une quelconque action militaire ou violente organisée par le gouvernement. Aussi, lorsqu’en 2000, la République Démocratique Populaire a été mise en place, il fut de ceux qui protestèrent ouvertement. En 2001, il s’alarma davantage encore de la tournure sécuritaire que prenait le régime. Et comme son père, Serenity protesta ouvertement contre le gouvernement et ses projets. Mais, lorsque vous perdez un être cher, votre réflexion logique est parfois altérée voire endormie. Ainsi, quand elle apprit que, si les caméras avaient été développées plus tôt, le criminel aurait été découvert plus rapidement, arrêté et elle aurait pu continuer à profiter de son père. Mais, à l’époque, ce n’était pas le cas.

Elle partit rejoindre sa mère à New York, plus précisément dans le Bronx. Ses parents s’étaient séparés lorsqu’elle était jeune et Janice avait quitté la campagne texane pour rejoindre la Pomme et son urbanisme de masse. Elle était cadre dirigeante dans une grande entreprise sur les technologies de pointe et, comme beaucoup de riches de l’époque, se révélait très pro gouvernement. Seren’ aurait préféré rester dans sa campagne et ne pas quitter ses chevaux mais la justice exigeait qu’elle rejoigne son représentant légal. Ainsi, elle quitta le ranch, ses animaux favoris et, à grands renforts de larmes et de hurlements, elle vint vivre dans cette mégalopole où le monde semblait tourner à cent à l’heure.

Ses années de lycée ne furent pas les plus glorieuses de sa vie. Serenity était une jeune fille très calme et réservée et ne dévoilait rien de sa vie d’avant. De plus, son origine texane n’arrangeait rien au problème puisque les autres élèves la traitaient de campagnarde. Bien sûr, dans ce monde hyper connecté, tous les élèves connaissaient les raisons de son départ mais ils auraient tant aimé qu’elle leur en parle et pleure sur la triste mort de son père. Ainsi, il y aurait eu de quoi alimenter les ragots sur l’affreuse nouvelle aux cheveux aussi secs que la paille, véritable garçon manqué au corps maigre et efflanqué. C’est vrai, elle n’a jamais rien eu de ces filles qui avaient grandi à New York. Elle avait une allure de garçon avec ses chemises à carreau et ses jeans troués, ses cheveux étaient raides et assez difformes. Et, pour ne rien ajouter à ce glorieux portrait, elle avait des troubles alimentaires importants qui ne lui donnaient guère de charme. Mais ainsi allait la vie dans cette ville qu’elle apprivoisa au fur et à mesure, qu’elle apprit à supporter à l’instar d’aimer. Finalement, elle trouva sa voie dans ces nombreuses réformes et étudia la médecine. Bien sûr, comme beaucoup, elle soupçonnait ces réformes d’avoir un but bien plus sournois qu’en apparence mais, elle ne voulait plus faire confiance aux hommes.

Même aujourd’hui, alors que le régime est de plus en plus strict, elle ne peut s’empêcher de considérer les caméras comme un bouclier, une protection contre les autres. Et, si elle est allée faire son internat à Staten Island, la visée n’était pas uniquement pédagogique. Elle voulait pouvoir voir les criminels, voir les opposants souffrir autant qu’on l’avait faite souffrir dans son adolescence.

Inconsciemment ou consciemment, Serenity s’est totalement fermée aux idées révolutionnaires, à la lutte contre l’oppression car, d’après elle, si cette oppression permet aux innocents de dormir sur leurs deux oreilles le soir, alors elle se déclare ouvertement pour.

Encore aujourd’hui, Serenity n’a pas tellement changé par rapport à ses années de lycée. Elle reste une personne sensible et réservée qui ne parle que si elle en sent l’utilité. Elle est très croyante en Dieu et partage les avis des pro-gouvernements. Elle ne ressent que peu de pitié envers les opposants et méprise tout ce qui se nomme Messager ou Révolutionnaire. Elle est prompte au rire et au sourire et une certaine malice se lit sur son visage. Si son interlocuteur arrive à l’apprivoiser alors Serenity se révèle une personne dotée d’un certain sens de l’humour et d’une douceur proche de la tendresse. Si sa timidité et sa naïveté ont souvent été un frein dans sa vie d’adolescente, elle est capable de cacher son jeu et de jouer la comédie à la perfection. On ne peut dire qu’elle est clairement manipulatrice mais, petit à petit, petit bout par petit bout, elle réussira à vous faire faire ce qu’elle veut que vous fassiez. Lorsqu’on la connait mieux, on se rend compte qu’elle joue beaucoup de son apparence frêle et fragile et, si elle a repris du poil de la bête depuis son déménagement à New York, elle garde un visage de jeune fille, fragile et poupin. Cette apparence lui sert, parfois. Mais, même si elle use souvent de son charme, Sixtine est une personne sincère et honnête. Ses croyances lui imposent de ne pas mentir et elle serait bien incapable d’aller contre cette règle qui dicte sa vie depuis de longues années. Appliquée, c’est une personne rigoureuse et patiente. Ses grands yeux bleus font fondre plus d’un petit innocent et son sourire lui confère la plus grande partie de son charme.

Ainsi évolue Serenity dans cette ville hyper connectée et toujours en mouvement. Elle n’est certainement pas la plus remarquable de ses habitants et, est pour ainsi dire, tout à fait insignifiante dans un monde qui, aujourd’hui la dépasse.







C'est à vous !


«Le bonheur à deux, ça dure le temps de compter jusqu'à trois.»


pseudo : Ispa/relax
prénom(s) : Je préfère le garder pour moi Smile
âge : 18 ans
comment nous as-tu découvert ? MYH
présence sur le forum : Quasiment tous les jours mais je rentre en période de concours donc mon activité risque d’être relativement faible dans les semaines à venir Very Happy
Un mot pour finir ? Je n’aime pas tellement ma présentation mais, comme on dit par chez moi, c'est bon Wink !




* Première citation : Mirabeau
Deuxième citation : Tristan Bernard
Troisième citation : Sacha Guitry





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin


✽ MESSAGES : 75
❈ ARRIVÉE : 26/01/2011

❈ LOCALISATION : Brooklyn



MessageSujet: Re: fo' shizzle, my nizzle • Serenity Sixtine Broadus   Mer 16 Mar 2011 - 1:12

Très belle fiche, bonne histoire, bon choix d'avatar bref, parfait et validé ! ^D^

Bienvenue sur Mirror's Edge et je compatis pour tes concours, j'en ai aussi quelques uns dans les semaines à venir.

Je te mets chez les citoyens de suite, n'hésite pas à aller fouiller un peu partout et créer la fiche de liens, le suivi des rp, de référencer tes adresses mail et ton ou tes numéros de téléphone.

Si tu as une question, envoie nous un mp (de préférence à moi, les filles sont prises en ce moment) ou a passer sur la shoot, on lit toujours les archives au pire.

N'hésite surtout pas à passer par le flood non plus et surtout, bon rp

(je fais bien l'hotesse d'accueil ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



✽ MESSAGES : 12
❈ ARRIVÉE : 16/03/2011



MessageSujet: Re: fo' shizzle, my nizzle • Serenity Sixtine Broadus   Mer 16 Mar 2011 - 11:24

    Merci hug

    Quel accueil ^^ Je ferais tous les papiers quand je rentrerais des cours, merci Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: fo' shizzle, my nizzle • Serenity Sixtine Broadus   

Revenir en haut Aller en bas
 

fo' shizzle, my nizzle • Serenity Sixtine Broadus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mirror's Edge :: Avant de commencer :: Présentations des membres-